Notre territoire de santé

Situation

Située au Nord du département du Lot, le territoire de la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS) s’étend des Causses de Gramat et de Martel, à la vallée de la Dordogne. Elle regroupe 77 communes et couvrira 25% de la superficie du département Lotois.

La CPTS se répartit en 4 grands pôles :

  • à l’ouest le pôle de Souillac – Martel ; Payrac,
  • au nord le pôle de Vayrac – Biars sur Cère – Bretenoux,
  • au sud le pôle de Gramat
  • et à l’est le pôle de Saint Céré – Sousceyrac.

Démographie

La CPTS Nord du Lot a une proportion de personnes âgées significativement plus élevée que la moyenne nationale. Rappelons que le département du Lot est le 2ème département le plus âgé de France. La faible densité de la population conduit à des difficultés de déplacements vers les structures de soins primaires, dentaires, soins secondaires ou en établissement.

  • Population âgée et vieillissante :
    Les personnes de 60 à 74 ans représentent 22,4% de la population de la CPTS Nord du Lot (par comparaison 16,2% pour la France).
    Les personnes de 75 ans et plus représentent 15,1% de la population de la CPTS Nord du Lot (par comparaison 9,32% pour la France).
    Les retraités représentent 39,1% des habitants (contre 26,9% France entière).
  • Etat de santé de la population :
    26,2% de la population est en affection de longue durée contre 23,9% en Occitanie

Des difficultés pour trouver un médecin traitant ont été soulevées lors des réunions d’échanges avec les professionnels de santé. La proportion de personnes très âgées (10,1% de plus de 80 ans) implique une organisation renforcée du maintien à domicile.

Ces constats soulignent l’importance du dépistage précoce de la fragilité et de la lutte contre la perte d’autonomie chez les personnes âgées. 

Des disparités en termes de prévention laissent présupposer une place prioritaire dans le cadre du projet CPTS de la mise en place d’actions de santé publique (exemple de la grippe saisonnière, seulement 51,8% de la population de plus de 65 ans est vaccinée contre 54,1% en région).

Offre médicale

Le territoire se caractérise par :

  • Un âge moyen élevé, en effet 19 médecins ont plus de 60 ans soit 43% c’est 12 points de plus que la moyenne nationale,
  • 46 communes sur 77 sont identifiées en Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP). Il en résulte que plus de 60 % du territoire est en difficulté d’accès à un médecin généraliste.
  • Pénurie de médecins du 2nd recours

Statistiques de santé de notre territoire

Principales difficultés rencontrées par les patients :

  • Accès à un médecin traitant,
  • Accès à des soins non programmés en journée,
  • Accès à un spécialiste du second secours.

Parcours patients posant des difficultés pour les professionnels :

  • Prise en charge globale des patients en situation complexe,
  • Prise en charge des patients lors de la sortie d’hospitalisation (transmissions des informations…),
  • Suivi des patients isolés à domicile.

Le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques et les prises charges de plus en plus lourdes et complexes en ambulatoire, associés à une société de plus en plus inclusive, nécessitent aujourd’hui une coordination accrue entre les acteurs de santé. Cette coordination, pour être efficace, doit être organisée et formalisée.
 
En effet il nous apparaît nécessaire de créer un mode coordonné d’exercice ambulatoire au service de la population de notre territoire, afin de pouvoir répondre aux défis d’une prise en charge de qualité dans un contexte de démographie médicale altérée.

La création de la CPTS doit également permettre d’optimiser la coopération entre les professionnels de santé de ville et leurs partenaires, notamment les établissements de santé. Elle constitue un cadre de coopération et de coordination des acteurs de santé à l’échelle du territoire, essentielle pour améliorer la prise en charge des situations complexes.
 
Pour mener à bien ces missions, nous nous appuierons notamment sur la création de liens entre les lieux d’exercice, des réunions de concertation pluridisciplinaires, une plateforme territoriale d’appui, et le développement des outils de communication adaptés à la coordination des soins